IT for Business Forum : l’entreprise 3.0

L’IT for Business Forum a commencé son deuxième jour de travail en abordant « l’entreprise 3.0 » ou « mieux profiter des réseaux sociaux ». Ont été abordées quelques grandes problématiques, sujets d’inquiétude pour les entreprises :

  • Comment maitriser l’image et l’identité numérique de son entreprise ?
  • Comment soigner son e-réputation ?
  • Les réseaux sociaux : quels bons usages et opportunités pour son entreprise ?

Yann PADOVA, le Secrétaire général de la CNIL, qui a elle-même sa page Facebook et un compte Twitter, a tracé les grandes règles pour la protection des données, personnelles ou de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Richard COLLIN, de l’Ecole de Management de Grenoble, spécialiste IT et expert de l’entreprise 2.0, s’est ensuite exprimé sur les changements de l’entreprise…

« L’entreprise se transforme, qu’on l’appelle 2 ou 3.0, parce qu’aujourd’hui notre modèle est hérité d’un modèle industriel dans lequel la base de construction est marchande, production de biens et de services avec une organisation assez précise. Maintenant, on voit que l’entreprise change, que ce qui compte, c’est que tout devient social. Les modes de production de valeur, les modes d’utilisation des technologies sont importants puisque la nouvelle énergie, c’est l’information. Et l’enjeu c’est que chacun doit devenir quelqu’un qui va résoudre vite et bien des problèmes. Résoudre vite et bien des problèmes, c’est mettre l’information en performance, ce qui s’appelle « la connaissance ».

Pour résoudre vite et bien des problèmes, on a besoin des autres, on s’appuie sur les autres. L’enjeu aujourd’hui pour l’organisation, c’est d’optimiser, dans des logiques où tout va très vite ! Le monde s’est transformé en 3.000 ans avec l’écriture, 300 ans avec le livre, 30 ans avec l’Internet, et nous n’en sommes qu’au début. On ne court pas un 100 m avec un gilet pare-balles et un casque lourd, il faut se mettre en short et en baskets ! Toutes les questions de sécurité doivent trouver des compromis astucieux entre vitesse et efficacité.

Quand on regarde la logique de réseau social, ce n’est pas nouveau ! On chassait le mammouth avec un réseau social… c’est une alliance de compétences pour être efficace,  on se met ensemble pour être efficace. L’efficacité collective de l’entreprise s’élargit parce qu’on doit prendre en compte les parties prenantes que sont les clients, les fournisseurs, etc. Tout le monde participe à un dispositif d’innovation permanente, d’innovation de service.

Il ne faut pas oublier que la création de valeur se fait de plus en plus sur la capacité des uns et des autres à vendre du service, à organiser et que l’abus de protection est tout à fait dangereux. Notre société française est construite sur la défiance, or la confiance est la bonne façon de construire la connaissance. La logique de confiance prend effectivement des risques, mais le monde va tellement vite que l’on a intérêt à agir sur ce que l’on peut optimiser.

Le réseau social existe depuis longtemps. Maintenant, on organise le dispositif pour savoir qui sait quoi, qui va m’aider à résoudre les problèmes, c’est cela l’enjeu d’une entreprise aujourd’hui. Je travaille avec de grands groupes sur ces questions, et on voit bien que le basculement s’appuie sur cette compréhension, comment on va gérer la transformation des process dans lesquels s’inscrivaient les collaborateurs. Ils vont pouvoir être de plus en plus autonomes, actifs pour gérer ce qui devient important, la complexité et les exceptions. Cela ne peut se traiter que par des logiques de réseau social. On va pouvoir construire sur un dispositif d’efficacité collective.

On est à un moment particulier l’on on doit faire des choix. Aujourd’hui, les entreprises décident de changer complètement leur mode de management, parce que la logique est de passer d’un mode « contrôle – commande » à un mode « régulation – reconnaissance ».

Il est clair que pour que les gens « jouent ensemble » il faut des règles. Une fois que les règles sont reconnues, on joue sur le terrain. Les technologies de réseau social, c’est le ballon qui permet au collectif de jouer ! On voit bien que l’efficacité d’une entreprise, c’est un jeu social dans lequel la technologie tient une place. On a des technologies formidables qui sont là, qui avancent, qui changent tout le temps. Heureusement, il y a des gens qui ont la capacité d’être des entrepreneurs de connaissances, des cueilleurs de compétences et des cultivateurs de confiance. C’est le défi donné à nos entreprises !

Il n’y a pas qu’un modèle de transformation mais une multiplicité ? Tout est contextuel. Vous connaissez la légende « Dieu a fait le monde en 7 jours, c’était facile, il n’y avait pas de base installée ! ». Aujourd’hui, il y a une base installée, il faut partir d’un contexte, de la réalité des gens. Ce sont des logiques d’acteurs qui sont en train de se mettre en place. Il y a une vraie invention à faire dans laquelle la France n’est pas en avance »

Sur le même sujet :

Catégories
Un commentaire
  1. Tru Dô-Khac

    “des entrepreneurs de connaissances, des cueilleurs de compétences et des cultivateurs de confiance”. Et les créateurs ?

    Lorsque l’on contemple la façon dont les créateurs sont pillés sur la toile et ailleurs…Dire “merci” à un créateur est très simple, – il suffit de le citer de façon directement et immédiatement visible (un lien qui est une référence implicite ne suffit pas)-, et pourtant semble très compliqué pour certaines fermes d’articles…

    Les bonnes pratiques existent pourtant : il suffit de regarder la communauté scientifique.

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire