Mot clé : stratégie numérique

  • L’impact du numérique sur la stratégie d’un grand groupe

    Pour sa première réunion, le Cercle « Entreprises Stratégies & Cultures Numériques » s’est penché sur « l’impact du numérique sur la stratégie d’un grand groupe ». Le premier Grand Témoin qui s’est prêté à l’exercice fut Henri de Castries, PDG du Groupe AXA.

    h-de-castriesL’impact du numérique sur la stratégie
    du Groupe AXA

    Pour Henri de Castries, « Le digital est une transformation profonde de la façon dont nous faisons notre travail. Dans quelques années, il se fera d’une façon extraordinairement différente de la façon dont il se fait aujourd’hui. C’est un sujet sur lequel il faut que l’intelligence soit collective. Il concerne l’ensemble des dirigeants… il ne faut ni prétendre savoir, ni avoir trouvé la pierre philosophale. Il faut accepter l’échec. Des choses marcheront, d’autres ne marcheront pas… On n’avance que si par moment on fait des erreurs et que l’on en tire les leçons… ».

    Les actes de la rencontre… 

  • La visibilité sur le web, ce n’est pas automatique !

    Être présent sur le web, mais pas seulement…

    visibilite-numeriqueLes dirigeants d’entreprises, petites ou grandes, sont désormais nombreux à percevoir l’importance de se rendre visible sur le web, même sans en mesurer toujours tous les impacts sur leur marketing digital. Du moins la nécessité d’une présence sur le web n’est-elle désormais plus à démontrer.

    Par contre, une fois cette présence investie, réalisée, on entend encore bien souvent se murmurer quelques déceptions de type « tout cela pour ça !… », ou encore « j’attends que l’on me démontre le ROI de cet investissement… ». Certes, pour les e-marchands cette mesure est plus concrète, plus évidente : soit l’investissement web se traduit par des commandes, soit non. Dans ce cas, la question du positionnement dans les moteurs de recherche arrive assez vite : « est-ce que l’on trouve mon entreprise quand on cherche les produits ou services que je vends ? ». Comme l’expliquent les SEO, entendons pour faire simple « professionnels du référencement », la question arrive un peu tard, il aurait mieux valu se la poser en amont du chantier « présence web » ! 

  • IT for Business Forum 2012

    Pour la seconde année consécutive, le CIGREF était partenaire de l’édition 2012 de l’IT for Business Forum, sommet des dirigeants d’entreprises dédié à la stratégie numérique.

    La stratégie numérique conviée à l’IT for Business Forum de Deauville

    Pour éclairer les dirigeants d’entreprises et leur permettre de partager leurs propres expériences, trois jours de débats et de networking autour de ces questions :

    • Quelle stratégie pour l’État et quels impacts pour l’économie des entreprises françaises ?
    • Relation client en Europe : quelles tendances ? Quels enseignements ?
    • Réseaux sociaux : quelles stratégies gagnantes pour développer du business ?
    • E-réputation et identité numérique : dangers ou opportunités d’influence ?
    • L’entreprise sociale : comment réinventer l’entreprise moderne pour créer de la valeur partagée tout en favorisant les conditions économiques et sociales de son écosystème ?
    • Cybercriminalité économique et industrielle, vol de données : comment protéger son entreprise des nouveaux pirates du business ?
    • Web 4.0, objets connectés et communicants : votre entreprise est-elle prête ?
    • IT for BUSINESS : les raisons d’être optimiste ! 
  • L’e-réputation, risque ou opportunité pour l’entreprise ?

    « La réputation est un actif intangible d’une entreprise. Sans valeur comptable, elle est pourtant l’une des composantes essentielles de l’entreprise dans sa globalité. Immatérielle et vulnérable, elle peut, par exemple, agir sur ses volumes de ventes. Il serait cependant réducteur de limiter son influence à ce seul aspect business. La réputation se conçoit dans une approche transversale, car elle affecte toutes les structures internes à une organisation, mais également dans une approche environnementale, car elle intègre aussi des facteurs externes, essentiels au bon fonctionnement de l’entreprise. Le passage au numérique de la réputation a fait apparaître le concept « d’e-réputation », engendrant plusieurs bouleversements ». Extrait de l’Etude sur « les risques et opportunités liés à l’e-réputation des entreprises », que vient de publier le CIGREF.

    L’e-réputation d’une entreprise participe de son identité numérique qui s’inscrit désormais au cœur de son image institutionnelle. De plus en plus, celle-ci se décline en stratégie marketing notamment au sein des médias sociaux. Cette identité numérique, vivante et interactive, s’inscrit comme le corollaire naturel de la communication et de la stratégie marketing mise en œuvre dans les mondes physique et numérique.

  • Processus et innovation pour l’entreprise numérique !

    Invité par le CIGREF dans le cadre de son « Groupe de travail entreprise numérique », Yves Caseau, Directeur Général Adjoint Bouygues Télécom en charge des Technologies, Services et Innovation a exposé comment l’entreprise numérique peut « innover par la collaboration et le lean management » !

    Accueilli par Bernard Duverneuil, DSI Essilor, Vice-président du CIGREF et Pilote du Groupe de travail, ce dernier a rappelé l’implication du CIGREF quant à la notion d’entreprise numérique, et les objectifs du Groupe de travail qui souhaite aborder plus particulièrement la stratégie numérique, dimension évoquée dans l’ouvrage « Entreprise numérique, quelle stratégie pour 2015 ? », publié fin 2010. « Nous allons poursuivre cette réflexion afin d’illustrer, de manière concrète, ce que représente l’entreprise numérique dans nos entreprises, dans nos grands groupes, de manière à donner corps à cette notion et ne pas en rester à une vision générale. La meilleure façon de l’illustrer, c’est de recueillir un certain nombre de témoignages ».

    Bernard Duverneuil a rappelé également les travaux de recherche sur l’entreprise numérique conduits par la Fondation CIGREF qui vient de lancer son 3ème Appel à Projets : « les premiers résultats montrent que les modèles d’affaires peuvent aujourd’hui être l’objet d’un certain nombre de ruptures, mais aussi que le modèle de pilotage des processus de gouvernance, voire des formes de leadership dans l’entreprise, peuvent être largement impactées par l’irruption du numérique. Deux dimensions que l’on se propose de traiter, à la fois la stratégie et gouvernance. (Voir « l’Accéluction en action »,  rapport de mise en perspective des résultats de la première vague de travail).

    Yves Caseau a publié un certain nombre d’ouvrages. Le dernier s’intitule « Processus et entreprise 2.0 – Innover par la collaboration et le lean management ». Il semblait donc pertinent de lui demander d’intervenir et de témoigner sur sa vision de la dimension stratégique du numérique, ou de la dimension numérique de la stratégie d’entreprise ! Son ouvrage s’articule essentiellement autour de deux leviers : les processus, d’une part, et de l’autre, la gestion des flux de communication.

    L’entreprise 2.0, un changement de culture…

    Avant d’aborder les défis pour l’entreprise numérique, Yves Caseau évoque deux convictions :

  • Quelle Intelligence Economique pour les entreprises et les pouvoirs publics ?

    Retour sur le colloque : « l’Intelligence Economique en colloque à Bercy », colloque né d’un partenariat CIGREF SCIE organisé le 13 janvier à Bercy. Les DSI évoquent  l’Intelligence Economique au sein de leur entreprise et les responsables du Service de Coordination à l’Intelligence Economique évoquent l’organisation au sein des pouvoirs publics.

    La Table ronde « Optimiser le leadership de la fonction SI dans le monde numérique », animée par Pascal Buffard, Président du CIGREF, a rassemblé Dominique CUPPENS, DSI Réseau Ferré de France, François GUYOT, DSI Corporate, PLASTIC OMNIUM, Jean-Marc MONTI, DSI du Groupe SAUR, Maurice MEYER, DSI Alstom Transport.

    La présentation de l’Intelligence Economique à Bercy est faite par Jean-Michel Jarry, Adjoint au Coordonnateur ministériel à l’Intelligence Economique, Claude Rochet, Directeur du laboratoire de recherche et de la formation en Intelligence Economique du SCIE et Dominique Lamiot, Secrétaire général des Ministères économique et financier.

  • Des DSI évoquent leur « entreprise numérique »

    Réunis à l’invitation de l’Institut G9+, des Directeurs des Systèmes d’Information de plusieurs secteurs d’activités se sont exprimés devant une salle pleine de responsables d’entreprises et d’anciens élèves de Grandes Ecoles, sur l’évolution, ou la révolution qu’est l’entreprise numérique, pour eux qui se trouvent au carrefour stratégique des bouleversements numériques de l’entreprise !

    Evolution ou révolution pour l’entreprise numérique ?

    Que pensent les DSI des différents secteurs d’activités, venus répondre à cette question à partir de leur expérience professionnelle, chacun dans leur secteur d’activités ?

    Extraits de l’intervention de Bernard Duverneuil
    DSI Essilor, Vice-président du CIGREF
    Sollicité par le G9+ pour présenter, non seulement sa propre expérience de DSI, mais également pour faire partager le point de vue du CIGREF sur l’entreprise numérique.

  • Assises de la Sécurité et des SI, 8 familles de risques pour l’entreprise numérique

    La 11ème édition des Assises de la Sécurité et des Systèmes d’Information a été, pour l’ensemble des professionnels de la sécurité et des systèmes d’information, l’occasion de faire le point tous ensemble, sur l’évolution des risques liés à l’ère numérique qui se déploie, à l’entreprise numérique qui se profile. La tâche n’est pas mince et il est urgent de réagir, comme l’a rappelé Patrick Pailloux, directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information en clôturant ces Assises.

    Les défis du Directeur des Systèmes d’Information pour l’Entreprise Numérique

    Les Assises avaient invité Michel DELATTRE, DSI du Groupe La Poste et Administrateur du CIGREF, à venir expliquer le rôle du DSI lors dans cette période de transition vers l’entreprise numérique et les risques associés :

    Toutes les frontières internes ou externes de l’entreprise sont en train de disparaitre, ou deviennent beaucoup plus fines. Nous sommes maintenant dans une « entreprise ouverte », en interne, sur l’extérieur, sur ses clients… Dès lors, les modèles d’affaires de l’entreprise numérique sont bouleversés, les clients se sont plus les mêmes, ce sont des clients numériques. On observe ses comportements, ses attentes, ses modes de fonctionnement. Le marketing et la distribution sont également complètement transformés. Tous les secteurs de l’entreprise sont touchés par cette vague du numérique, une vague qui n’en est qu’à son début.

  • La DSI est-elle soluble dans le nuage ?

    Contribution de 3 présidents du CIGREF :
    Jean-Pierre Corniou, ancien président du CIGREF (2000-2006)
    Didier Lambert, ancien président du CIGREF (2006-2008)
    Bruno Ménard, actuel président du CIGREF

    La tentation de construire un système d’information à partir de briques achetées dans le commerce  par les directions métiers n’est pas nouvelle. C’est  la promesse classique des éditeurs promoteurs d’une informatique « prête à l’emploi ». Pour servir leur stratégie et soutenir leurs processus opérationnels, les entreprises grâce à leur DSI, ont toujours cherché les solutions économiques et rapides en s’assurant, au-delà de la technique du moment, que le système d’information de l’entreprise conserve son unicité et sa cohérence. La promesse de valeur de l’informatique du nuage, ou « cloud computing » doit donc être analysée avec méthode et lucidité.

  • Entretiens informatiques 2011, stratégies de transformation pour l’entreprise

    Day 2. Cette année encore on phosphore aux entretiens informatiques d’Opio ! La question qui se pose est : « Quelles stratégies de transformation pour l’entreprise numérique ? ».

    Dans un contexte de forte transformation de l’entreprise, le système d’information prend une place de plus en plus stratégique dans la chaîne de valeur : certes, le SI était déjà présent dans tous les métiers de l’entreprise, mais aujourd’hui, dans le cadre de l’entreprise numérique, le SI va au delà (interactions avec les clients, les fournisseurs et autres parties prenantes).

    La porosité du système d’information, l’effacement des frontières entre la sphère privée et professionnelle, la diffusion rapide des applications à la demande et des outils d’accès aux systèmes d’information favorisent l’ancrage de nombreux services et produits numériques dans les systèmes d’information. Ceux-ci deviennent, de fait, des éléments indispensables de cohérence et de réactivité opérationnelle. Garantir une telle cohérence doit figurer en tête de l’agenda des entreprises : l’amélioration et l’excellence opérationnelle sous-tendent la création de valeur, comme l’a montré l’étude CIGREF-McKinsey sur la dynamique de création de valeur par les systèmes d’information.