Entreprise numérique : requiem pour les DSI ???

Fin-du-dsi-ForumDi 2014Fin du DSI ?
Vive le Dirigeant de la Fonction SI !

Solliciter le Délégué Général du CIGREF, Association dont les membres sont un Réseau de Grandes Entreprises, chacune représentée par son DSI, pour s’interroger sur la « fin du DSI », pouvait avoir un côté paradoxal, voire provocateur !

Jean-François Pépin, ayant relevé ce défi lancé à Toulouse par La Mêlée dans le cadre du Forum DI 6.0, a commencé par rappeler que depuis 1970, année de sa création, les occasions pour le CIGREF d’entendre prononcer l’oraison funèbre des DSI avaient été nombreuses ! Cette fois du moins, cette annonce de la « fin du DSI ? » bénéficiait non pas d’un point d’exclamation, synonyme d’affirmation émotive, mais d’un point d’interrogation, invitant au questionnement !

La perspective d’espoir, ouverte par cette ponctuation, s’inscrivait en préambule du thème développé par le Forum DI 6.0 : « Le thème majeur est la transformation de l’entreprise grâce au numérique et l’adaptation de la fonction de DSI. Cet évènement-rencontre a pour but d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion pour contribuer à la transformation des entreprises, adapter dans l’organisation la nécessaire fonction de DSI ». 

La « Fonction de DSI », un amalgame ambigu…

Restait l’expression « la fonction de DSI ». Une expression ambiguë car elle fait un amalgame « déroutant » entre deux termes : Fonction & Métier.

Le premier, la « fonction », désigne clairement « une entité nécessaire au bon fonctionnement de l’entreprise » : RH, Finances, Marketing, etc.

Alors que le second, le « métier », désigne au pire un statut, au mieux une somme de compétences qu’il convient de savoir mobiliser pour exercer une fonction, quelle qu’elle soit, au sein de l’entreprise.

Alors de quelle fin est-il question ? Celle de la « Fonction SI » ou de celle du « Métier de Directeur des SI » ?

« Au cœur de l’important se trouve l’essentiel »

La singularité du CIGREF est de penser la « Fonction SI » au sein des organisations (publiques/privées) !

Si cette Fonction n’a pas d’avenir, il y a très peu de chance qu’elle soit pilotée par un Dirigeant (quel que soit son titre). Si au contraire, l’avenir de cette Fonction se trouve confortée par la nécessaire transition de nos entreprises vers le monde numérique, alors, elle exige d’être pilotée par un Dirigeant (quel que soit son titre).

Décrire l’activité de la Fonction SI au sein d’une entreprise se limite trop souvent à énumérer une (longue) liste de tâches à effectuer au quotidien. Ce faisant, nous restons dans le registre du « comment », celui des MOYENS. C’est important, certes, mais l’essentiel de cette Fonction est ailleurs.

Pour trouver l’essentiel, nous devons nous interroger sur le « Pourquoi » et ainsi réfléchir à la FINALITE même de cette Fonction !

Les convictions du CIGREF sont que cette fonction SI n’a pas de finalité pour elle-même ! Son positionnement résulte de la valeur qu’elle crée pour l’entreprise.

Quelle est la raison d’être de la Fonction SI de l’entreprise numérique ?

Réfléchir à la « raison d’être » de la Fonction SI revient à s’interroger sur ce qui justifie l’existence, la pérennité-même d’une telle fonction au sein des organisations. La référence à la « la valeur créée» induit un « changement de logiciel de pensée » :

  • Le numérique n’appartient pas qu’à l’IT,
  • Le numérique ne se réduit pas non plus, ni à l’e-business, ni au marketing digital et/ou au client internaute.
  • Le numérique est transverse à l’entreprise et concerne toutes les directions, qu’elles soient support ou métiers.

Si le numérique n’est pas qu’affaire de technologies, mais aussi de transformations dans les modes de travail et de management, alors la gestion et l’utilisation de l’IT dans les organisations constitue une opportunité de mettre en place des nouvelles pratiques.

Quels enjeux pour la fonction SI ?

La Fonction SI évolue sous une double influence : à la fois interne avec une montée en maturité des utilisateurs, et externe avec l’importance accrue du client final.

Les Métiers ne se sont jamais autant tournés vers la fonction SI qu’aujourd’hui ! L’enjeu fondamental pour la fonction SI est bien la rapidité de la réponse et des solutions à fournir aux métiers, ainsi que l’adaptation de ses compétences à ces nouveaux enjeux. Comment développer une « fast IT » dans une informatique traditionnelle ? Comment travailler de manière intriquée avec les métiers ?

En résumé, « ici et maintenant », le rôle de la Fonction SI est de contribuer, avec la Direction Générale et aux côtés des Directions Métiers, à penser l’élaboration de la stratégie numérique de l’entreprise.

Les travaux du CIGREF sur la contribution de la Fonction SI de l’entreprise numérique

En 2007, le CIGREF s’intéressait déjà au « marketing de la fonction SI », d’une part pour démontrer qu’elle était « fournisseur de valeur », d’autre part parce qu’elle était en pleine transition vers « l’orientation client ».

Aujourd’hui, les technologies et usages liés au numérique conduisent la fonction SI à prendre sa place dans des stratégies de transformation qui impliquent l’ensemble des acteurs de l’entreprise. On assiste à une numérisation du business qui amène le SI à être directement impliqués dans la chaîne de valeur, et non plus être simple fonction support.

Dans ce contexte, le CIGREF s’apprête à publier1 un rapport présentant les conclusions de son Groupe de Travail sur les « Nouveaux rôles de la Fonction SI ».

Les questionnements du Groupe de Travail 2014 ont porté à la fois sur l’impact des grandes transformations de l’entreprise sur la fonction SI, mais également sur la montée en puissance de la fonction SI dans la transformation numérique des entreprises. Ce qui renvoie au marketing de la fonction, à l’adoption de nouvelles méthodes managériales et aux compétences nécessaires pour faire de la fonction SI un véritable agent de transformation.

10 tendances structurantes de la transition numérique identifiées par le CIGREF

On peut déjà révéler en avant-première que les 10 tendances de la transition numérique, identifiées par le CIGREF ont été regroupées autour de trois grands axes caractéristiques de l’entreprise :

La primauté de l’expérience client caractérisée par :
– Les services associés : de la valeur à l’expérience client
– La plateforme clients : un espace central de promotion de l’expérience client
– L’importance d’une communication interactive avec les communautés de fans pour tirer parti de leur influence

L’organisation et le management liés à la co-création de valeur
– L’adoption d’une démarche d’innovation ouverte pour engendrer de nouveaux avantages compétitifs
– Le développement d’un management par les résultats pour les nouvelles générations de collaborateurs
– L’évolution des modes de travail de l’entreprise sous l’influence des dynamiques collaboratives

La gestion des ressources et flux accélérés
– Le SI comme plateforme de services pour l’entreprise
– Le Big Data, ou comment ’information donne enfin son sens au système
– Le Cloud computing et ses impacts sur la fonction SI
– La gestion de la mobilité : un défi pour assurer la permanence du service.

______________________

1 Mai 2014 à retrouver sur www.cigref.fr

En prolongement : DSI, la fin du début

Ligne

Catégories
Un commentaire
  1. Dans les années mi 90, certains avaient également annoncé, avec la montée des opérateurs de télécoms d’entreprise, la fin du responsable télécoms. On sait maintenant qu’il s’agissait d’inviter les responsables télécoms au “re-engineering” de leur fonction et leur métier.

    Avec le Cloud, certains nouveaux entrants pourraient imaginer des avantages à ce que le métier de DSI disparaisse.
    Mais si celui-ci disparaissait, qui tiendrait alors la maîtrise d’ouvrage des services Cloud d’entreprise ?

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire