e-G8 internet, entre promesses et polémiques…

Jean-François PEPIN, Délégué Général, a représenté le CIGREF invité à l’e-G8 Forum, dont l’ambition était de formuler des recommandations aux Chefs d’Etats et de Gouvernements réunis lors du Sommet du G8 2011 à Deauville.

Un sujet comme l’avenir d’internet ne pouvait s’évoquer sans controverse ! Mais si internet est un réseau mondial, c’est la première fois, à l’initiative de la France, qu’il va être reconnu au plus haut niveau international et présenté comme « un accélérateur de croissance pour l’économie ».

Au-delà des promesses implicites que peuvent susciter cette reconnaissance, personne ne s’attend à ce que, grâce à ce Forum, toutes les grandes questions soulevées par les usages d’internet, leurs répercussions sur tous les écosystèmes économiques, sociaux, culturels… soient résolues à l’issu de ce 1er e-G8. Mais le fait de placer internet au sommet des réflexions de la gouvernance mondiale lui reconnait unanimement cette dimension que nous ressentons tous dans nos vies privées et professionnelles.

Vers un nouvel humanisme numérique !

En 2011, il est temps de dépasser les aventures individuelles pour entrer de plain-pied dans ce que Milad Doueihi désigne comme « un nouvel humanisme numérique » !

Chaque Etat tente aujourd’hui de faire face aux bouleversements comme à ces promesses économiques que soulève internet, en fonction de sa culture, de sa sensibilité et de ses propres intérêts économiques. Comment internet va-t-il contribuer à plus  de création de richesses, de croissance, d’emplois, de liberté… être plus respectueux des autres, de leur création, de leur vie privée… comment assurer un bon équilibre dans le partage de la valeur, comment être à la fois libres des contraintes et responsables… Tels sont quelques-uns des enjeux majeurs identifiés lors de ce forum.

Regarder Internet au prisme des grandes nations pour envisager, par exemple, de permettre l’accès au haut débit partout dans le monde en vue d’optimiser les conditions d’accès à l’éducation et à la formation, constitue sans doute une première étape. C’est une des recommandations aux Chefs d’Etats et de Gouvernements du G8 qui a pris corps hier soir à l’issu de l’e-G8. Quelques autres aspirations récurrentes ont émergé de ce Forum : « que le business ne s’invite pas seul dans la gouvernance, les Etats doivent s’assurer de ne pas nuire à l’internet, veiller à poursuivre les investissements et développer le capital humain, défendre l’internet libre avant de penser à réguler les contenus… ».

Entre promesses et polémiques, restons attentifs à l’avenir d’internet !

Et pour les entreprises ?

Jean-François PEPIN s’est exprimé au micro de France 2 sur la présence du CIGREF et sur l’intérêt que peut représenter l’e-G8 pour les dirigeants d’entreprises :

Jean-François PEPIN, Délégué Général, a représenté le CIGREF invité à l’e-G8 Forum dont l’ambition était de formuler des recommandations aux Chefs d’Etats et de Gouvernements réunis lors du Sommet du G8 2011 à Deauville.

Un sujet comme l’avenir d’internet ne pouvait s’évoquer sans controverse ! Mais si internet est un réseau mondial, c’est la première fois, à l’initiative de la France, qu’il va être reconnu au plus haut niveau international et présenté comme « un accélérateur de croissance pour l’économie ».

Au-delà des promesses implicites que peuvent susciter cette reconnaissance, personne ne s’attend à ce que, grâce à ce Forum, toutes les grandes questions soulevées par les usages d’internet, leurs répercussions sur tous les écosystèmes économiques, sociaux, culturels… soient résolues à l’issu de ce 1er Forum. Mais le fait de placer internet au sommet des réflexions de la gouvernance mondiale lui reconnait unanimement cette dimension que nous ressentons tous dans nos vies privées et professionnelles.

Vers un nouvel humanisme numérique !

En 2011, il est temps de dépasser les aventures individuelles pour entrer de plain-pied dans ce que Milad Doueihi désigne comme « un nouvel humanisme numérique » !
http://www.culturesnumeriques.chaire.ulaval.ca/

Chaque Etat tente aujourd’hui de faire face aux bouleversements comme à ces promesses économiques que soulève internet, en fonction de sa culture, de sa sensibilité et de ses propres intérêts économiques. Comment internet va-t-il contribuer à plus  de création de richesses, de croissance, d’emplois, de liberté… être plus respectueux des autres, de leur création, de leur vie privée… comment assurer un bon équilibre dans le partage de la valeur, comment être à la fois libres des contraintes et responsables, tels sont quelques-uns des enjeux majeurs identifiés lors de ce forum.

Regarder Internet au prisme des grandes nations pour envisager par exemple de permettre l’accès au haut débit partout dans le monde en vue d’optimiser les conditions d’accès à l’éducation et à la formation, constitue sans doute une première étape. C’est une des recommandations aux Chefs d’Etats et de Gouvernements du G8 qui a pris corps hier soir à l’issu de l’e-G8. Quelques autres aspirations récurrentes ont émergé de ce Forum : « que le business ne s’invite pas seul dans la gouvernance, les Etats doivent s’assurer de ne pas nuire à l’internet, veiller à poursuivre les investissements et développer le capital humain, défendre l’internet libre avant de penser à réguler les contenus… ».

Entre promesses et polémiques, restons attentifs à l’avenir d’internet !

Et pour les entreprises ?

Jean-François PEPIN s’est exprimé au micro de France 2 sur la présence du CIGREF et sur l’intérêt que peut représenter l’e-G8 pour les dirigeants d’entreprises :

Catégories
Un commentaire
  1. Valérie

    “Des modèles d’affaires à réinventer”, c’est effectivement un défi incontournable. Mais que sera internet demain au regard de ces grandes questions ? Et quand le boss d’Orange laisse planer l’idée que la bande passante pourrait bien ne plus passer faute de capacité technologique ?
    Pourtant personne n’envisage sérieusement qu’internet pourrait ne plus exister… alors, oui, il faut réinventer les business models et surtout faire évoluer les comportements.

0 Pings & Trackbacks

Laisser un commentaire