septembre 2011

Monthly Archives

  • Le nouvel « usager numérique »

    On évoque fréquemment l’évolution des usages quand notre monde devient numérique. C’est par exemple le cœur du travail de la Fondation CIGREF, dont le Programme International de Recherche « Information Systems Dynamics » (ISD) est d’étudier l’évolution de ces usages, pour « mieux comprendre comment le monde numérique transforme notre vie et nos entreprises ». L’objectif de ces travaux est de pouvoir « alerter les dirigeants des entreprises sur les enjeux stratégiques liés à cette grande mutation ».

    A l’aube de l’ère numérique, cette perception n’est pas si évidente, notamment pour les adultes par rapport aux plus jeunes et surtout aux enfants. Un décalage que Gérard Berry, professeur au Collège de France décline en termes « d’inversions mentales » induits par la nouvelle pensée algorithmique… Sur un autre plan, celui de l’écriture, pour Clarisse Herrenschmidt, chercheur qui travaille sur l’histoire des signes écrits, l’écriture numérique est une révolution qui influence la société et ses modes de cognition.

    Louise Merzeau, chercheuse en sciences de l’information et de la communication, s’est exprimée sur le « nouvel usager numérique » dans un entretien accordé à Interstices-infos. Nous avons retenu ces propos.

  • Qu’est-ce qu’un livre ? La question de Kant revient à l’ère numérique…

    Le colloque sur les Cultures Numériques qui vient de s’achever à Québec, s’est interrogé notamment pour découvrir comment les évolutions générées par les cultures numériques nouvelles, bouleversent les espaces de savoirs, leur transmission, leur partage ?
    Ecrire et lire… quelles mutations ? Qu’est-ce que les héritages des Lumières, la culture du livre, de l’imprimé, sa matérialité, les pratiques éditoriales et juridiques, peuvent nous apprendre sur ces cultures numériques en devenir ?

    Roger Chartier, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Écrit et cultures dans l’Europe moderne ».

    Même si tous les lecteurs n’en ont pas conscience, même si les éditeurs renâclent encore, même si les libraires demeurent inertes malgré leur inquiétude, la cause est entendue : on a remplacé le livre ! Déjà, maintenant…

    Qu’est-ce qu’un livre ?

    De là, la question essentielle : cela change quoi ? Avant de répondre, il faut peut-être poser une question préalable : qu’est-ce qu’un livre ? Cette interrogation n’est pas neuve. Kant la formule explicitement en 1798 dans « les principes métaphysiques de la doctrine du droit ». La première raison de l’intérêt de Kant pour cette question est sa participation au débat sur la propriété littéraire, les contrefaçons de livres en Allemagne depuis 1773.

  • Cultures Numériques : citoyenneté et société numérique

    Le colloque sur les Cultures Numériques qui se tient actuellement à Québec, avec le soutien du CIGREF, s’est interrogé sur la société numérique. Dans cette société, l’objet numérique est-il pire ou meilleur que nos objets classiques ? N’a-t-il pas sa propre matérialité qui suppose des pratiques différentes, voire contraires à la culture de l’imprimé qui est/fut la nôtre jusque-là ? S’il y a conflit d’objets, est-ce à dire que s’instaure une « guerre culturelle » autour de valeurs juridiques, économiques et sociales ?

    L’approche de Philippe Aigrain
    Sopinspace & Quadrature du net

    Mes travaux de recherche ces dernières années ont principalement porté sur l’analyse du partage, hors marché, des œuvres numériques entre les individus et les conditions d’un financement soutenable des activités qui font exister ces œuvres. Elle débouche sur des propositions de politiques publiques. Pour autant, en tant qu’informaticien et activiste défenseur des libertés d’espaces numériques, je ressens la responsabilité de porter notre attention sur les cultures numériques. Les réflexions sur ce sujet tiennent souvent sur les appareils, les réseaux, les protocoles, les logiciels, les données… qui constituent l’environnement de nos activités numériques.

    Je vais restituer un parcours de cet environnement des activités numériques, un parcours qualitatif, voire impressionniste, mais informé par la pratique. Mon but est de donner une idée des conditions par lesquelles il pourrait y avoir une appropriation du devenir de cette infrastructure par les citoyens et les sociétés.

  • Québec : regards sur les Cultures Numériques et les entreprises

    C’est à Québec, dans le cadre du Musée de la Civilisation, que l’on porte ces « Regards sur les cultures numériques », pour en percevoir les enjeux et les perspectives.

    Selon Milad Doueihi, titulaire de la toute nouvelle « Chaire de recherche sur les cultures numériques » de l’Université de Laval, « Le numérique interroge nos objets premiers : ceux du savoir, comme du politique. Il le fait par un double jeu : d’une part, il semble s’approprier ces objets culturels tout en les faisant circuler dans un nouveau contexte et en modifiant leurs propriétés ; d’autre part, en introduisant des objets inédits. Ce double rapport explique, en partie, à la fois la familiarité du monde numérique mais aussi sa dimension aliénante ».

    Quel lien entre les cultures numériques, les entreprises et le CIGREF ?

  • Le CIGREF invite des « Grands Témoins »

    Le CIGREF, Réseau de Grandes Entreprises, s’est doté d’une mission à l’horizon 2015 : « Promouvoir la culture numérique comme source d’innovation et de performance ». Pour l’accomplir, il a choisi de positionner son action « … comme carrefour d’informations, de réflexions et d’échanges sur l’entreprise dans le monde numérique … ». A ce titre, il propose aux Directeurs des Systèmes d’Information de ses entreprises membres, une rencontre trimestrielle invitant des « Grands Témoins » pour réfléchir sur « Entreprises : Stratégies & Cultures numériques »

    Le premier Grand Témoin Milad Doueihi

    Le premier Grand Témoin invité sera Milad Doueihi*, à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage « Pour un humanisme numérique » (Seuil, septembre 2011) :

    « Penser l’avenir des sociétés numériques avec les outils de nos traditions humanistes : tel est l’ambition de ce livre. Mais comment créer un humanisme numérique qui aurait intégré les exigences de nouveaux supports que rien ne permet de fixer dans l’espace ni de stabiliser dans le temps ? »…

    Milad était présent lors des « 40 ans du CIGREF » fêtés le 16 décembre 2010 à la BnF. Sa vision avait particulièrement séduit les invités !

    « … Fin de l’analogique, entrée dans le numérique. Il ne s’agit pas seulement d’une époque qui en suit une autre, mais bien d’une remise en question de nos repères. Quel monde nous préparent ceux qui ont la « compétence numérique » ? … »

  • Colloque sur les Cultures Numériques à Québec

    Il y a un an, le CIGREF a noué un partenariat avec l’Université LAVAL de Québec, pour la création d’une Chaire de recherche sur les Cultures numériques.

    Image de prévisualisation YouTube

    Aujourd’hui, cette Chaire de recherche sur les Cultures numériques, sous la direction de Milad Doueihi, historien, auteur de « Pour un humanisme numérique », organise un colloque international « Regards sur les Cultures Numériques : Enjeux et perspectives ». L’objet de ce colloque est « d’interroger la dimension culturelle du numérique dans ses diverses manifestations ».